Critère de qualité et mode d’utilisation

Critère de qualité

Les bois « durs » de types hêtre ou chêne sont à privilégier car ils ont le meilleur rendu calorifique. Il s’avère donc utile de se renseigner sur l’origine du bois utilisé. Il n’est pas facile d’évaluer la qualité d’une bûche à l’œil nu, cependant, sa couleur interne donne des indices : le hêtre donnera une coloration rosée et une odeur forte et agréable tandis qu’un bois tendre sera plus clair et inodore.

Le taux de compression du bois compressé doit être élevé, faute de quoi les bûches risqueraient de s’effriter. Inversement le taux d’écorce doit être réduit pour éviter une surproduction de cendres, voire de mâchefer. Lors de la combustion, les bûches compactées de bonne qualité n’encrassent ni les vitres des inserts, ni les conduits. La propreté de l’appareil utilisé est optimale !

Avant d’acheter, le consommateur peut demander une fiche descriptive mentionnant les essences utilisées et les caractéristiques du produit. Il devra également se méfier du terme « feuillus », qui ne différencie pas les bois tendres (qui ont une combustion plus rapide), des bois durs. En l’absence de normes françaises, il faut privilégier les fournisseurs respectant les normes européennes ou allemandes (DIN), comme la société Brazeco par exemple.

Mode d’utilisation

L’utilisation de la bûche compressée est simple. Lors du démarrage, le bois d’allumage est inutile. On peut casser la première bûche pour que le feu prenne plus vite. Puis il suffit de l’allumer par une extrémité (en gardant le tirage d’air ouvert au maximum). Lorsque la bûche est totalement embrasée il faut réduire le tirage au minimum. Les bûches doivent se consumer d’elles-mêmes, sans intervention extérieure.

Pour optimiser la combustion du bois compressé et le temps de chauffe, quelques conseils sont utiles. La chaleur libérant la bûche de sa pression, celle-ci va légèrement se dilater. Il ne faut donc pas surcharger le foyer et placer le bois en arrière des chenets. L’alimentation se fera au fur et à mesure des besoins. Le bois étant très sec, il faut aussi réduire les arrivées d’air. En laissant de la cendre dans le cendrier, celle-ci servira d’obturateur d’air et régulera la combustion.

Bois compressé – Conditionnement, tarif et comparaison avec les autres combustibles

Conditionnement et tarif

Les pellets de bois compressé sont vendus soit en sac d’environ 15 Kg pour les poêles, soit en vrac pour les chaudières alimentées par silo. Concernant les bûches, la gamme de conditionnement s’échelonne des packs de quelques unités pour une seule flambée, à la palette de 1 m3 (une tonne) filmée, voire au vrac, en « big-bags ». Les fournisseurs s’adaptent souvent à la demande en proposant des demies voire des quarts de palettes.

A savoir : une palette d’une tonne équivaut à 4 à 5 stères de bois.

Soucieux de préserver notre environnement nous avons choisi d’emballer nos bûches compressées dans des cartons recyclés et recyclables.

Les tarifs varient beaucoup en fonction de la qualité et en raison du manque de normalisation. Ils oscillent autour de 3,50 € le sac de 15 Kg de pellets à 180 €/t. Ils approchent les 300 €/t pour les bûches, ce qui en terme de coût en KW/h équivaut à environ 6 centimes d’euro. Les prix sont bien sûr dégressifs en fonction des quantités commandées.

Positionnement par rapport aux autres combustibles

La comparaison bois compressé / bois traditionnel s’avère difficile. Au sens strict, le prix au KW/h penche en faveur du bois de coupe (environ 3,5 centimes d’euro, contre les 6 centimes du bois compressé), cependant les bûchettes ont une qualité constante tandis que celle du bois varie fortement suivant son taux d’humidité et les imprécisions de mesure. On peut estimer qu’un m3 de briquettes densifiées équivaut à 4 ou 5 m3 de bois.

D’après une étude du Ministère de l’Ecologie, le bois densifié reste compétitif par rapport aux combustibles fossiles. Le gaz naturel revient à environ 5,4 centimes et le fioul à 6,7 centimes. Il est surtout deux fois moins cher que l’électricité (11,9 centimes le KW/h). Le bois compressé est bénéfique au plan écologique et pour la balance des paiements de notre pays.

Bois compressé – Avantages et inconvénients

Avantages

Outre ses atouts écologiques (la bûche compressée est issue du recyclage de résidus de fabrication) et son rendement énergétique élevé, le bois compressé a l’avantage de se manipuler facilement et de bénéficier d’un encombrement moindre. Il est en outre facile à stocker. C’est un matériau de qualité constante, sans humidité, ni parasite, qui fournit une combustion propre, facile et rapide à mettre en œuvre. Comme elle ne crépite pas, il n’est pas nécessaire de surveiller le foyer. Sa facilité de transport et de stockage est très appréciable.

La bûche densifiée est adaptée au mode de vie contemporain. Comme combustible principal, elle est idéale pour les petits poêles, mais grâce à son embrasement facile, elle peut rapidement créer un lit de braises et s’associer au bois de coupe. Enfin, sa disponibilité tout au long de l’année est un atout de taille. Comme nous le montrerons ci-après, l’utilisation du bois compressé contribue au développement durable, c’est donc un acte citoyen.

Inconvénients

Le reproche fait au bois compressé reste les prix, très disparates et parfois établis en fonction du marché des combustibles fossiles. La comparaison rigoureuse avec le bois reste assez délicate, en raison des disparités tenant à la qualité des bois compressés. Il semblerait aussi qu’utilisée dans un appareil de type foyer de masse (qui stocke et restitue doucement la chaleur), le rendement soit plus faible. Enfin un stockage dans un endroit  fermé, sec et ventilé est nécessaire.

La mise en place de normes françaises plus claires est à l’étude, et pour l’instant les normes européennes, aident à recadrer ce problème. Un fournisseur dont les prix ne subissent pas de variations brusques et majeures alignées sur les cours du pétrole est à privilégier. Brazeco apporte de ce point de vue, toutes les garanties attendues.

Le bois compressé, un combustible écologique et d’avenir

Combustible écologique

Issu des déchets de scieries, le bois compressé aide à lutter contre l’effet de serre. Son bilan carbone est neutre (il rejette 12 fois moins de CO2 que le fioul). Il est exonéré de la taxe carbone. Sa combustion propre dégage moins de suie, goudron ou créosotes. Par rapport à certains bois de chauffage qui viennent des pays de l’Est, la production est très souvent locale et limite donc les coûts et pollutions dus au transport.

Contrairement aux énergies fossiles dont les réserves ne se renouvellent pas, les pellets représentent une matière première sera toujours disponible et permet la gestion des déchets. Le bois compressé n’est pour l’instant qu’une alternative au bois traditionnel, mais c’est l’énergie de demain. Il suffit d’essayer pour s’en convaincre.

Un combustible d’avenir

Face à des consommateurs de plus en plus soucieux d’écologie, les fabricants et gouvernants ont compris le potentiel que représentait le bois densifié. Même s’il est en baisse, un crédit d’impôt (22 %) est accordé pour l’installation de poêles à granulés, foyers fermés, inserts de cheminées intérieures et cuisinières utilisées comme mode de chauffage. L’offre essaie de se diversifier, en proposant des allume-feu en bois compressé ou des conditionnements attractifs

Dans une étude récente, 89 % des utilisateurs indiquaient qu’ils étaient satisfaits de l’utilisation des briquettes compressées. C’est un encouragement pour les producteurs et les installateurs visionnaires et tournés vers l’avenir qui recommandent leur usage. Brazeco vous aidera à profiter des meilleures offres de bois compressé.

Incontestablement, les avantages à utiliser du bois compressé l’emportent très nettement sur les inconvénients. D’une certaine manière on peut dire que l’utiliser, c’est chauffer « utile ». L’achat du matériel de chauffage correspondant, est un investissement d’avenir. Les produits proposés par Brazeco, apportent un rendement constant et de qualité. Et, question prix, les tarifs proposés sont très compétitifs.

Bois compressé – Définition, présentation et caractéristiques

Définition

Le bois compressé est un matériau de chauffage 100 % naturel. Il est composé exclusivement de sous-produits non traités de l’industrie du bois (copeaux, sciures, écorces). Ces déchets sont séchés, compactés sous une pression supérieure à 200 bars puis calibrés en bûches. Grâce à la lignine, composé naturel rigidifiant le bois, aucun ajout de colle ou liant n’intervient dans ce processus.

On entend parler de bois densifié, condensé, compacté, reconstitué ou encore de bûches écologiques ou calorifiques mais toutes ces appellations désignent bien le bois compressé. Son origine se situe dans les années « 1945 » aux Etats-Unis. Il fallait en effet écouler les énormes stocks de déchets de l’industrie du bois (sciures et palettes) accumulées durant l’effort de guerre américain.

Présentation et caractéristiques

Le bois compressé de chauffage se présente sous diverses formes : les pellets, granulés de 6 à 8 mm de diamètre et d’environ 3 cm de longueur. Composés majoritairement de sciures de résineux ils sont agglomérés dans des granulateurs et ne peuvent être brûlés que dans des chaudières ou poêles à granulés. Pour l’instant ils sont seuls soumis à des normes européennes garantes de leur qualité

Les bûches compressées : la technique utilisée est la même que pour les pellets avec des dimensions supérieures : environ 30 cm de longueur pour un diamètre proche de 8 cm et un poids de 1,2 kg. Elles existent  en «  bûches de jour » et  en « bûches de nuit ». En bûches de nuit elles un taux d’écorce plus élevé et une combustion plus longue (environ 8 h). Cette alternative à la bûche de bois traditionnelle s’adapte à tous types de foyers, ouvert ou fermé. On peut également la trouver sous forme de briquette ou pavé.

Le bois compressé présente les caractéristiques suivantes : son taux d’humidité est inférieur à 8 % et son taux de cendres inférieur à 1 %. Son PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur) c’est-à-dire la quantité totale de chaleur dégagée par la combustion est 1,5 fois plus élevée que le bois. Son PCI s’évalue autour de 5 KWh/kg. Ce bois ne crépite pas et fournit une chaleur régulière et constante. Une bûche se consume en plus de 2 heures.

Droit d’auteur appartenant à la société Pixalione, (articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle).