Malgré une hausse constante de la demande de bois de chauffage économique compressé, les producteurs ont du mal à augmenter leur capacité de production faute de quantités suffisantes en sciure et copeaux de bois secs.

Une demande de plus en plus importante

Autrefois les traitements des déchets de bois avaient un coût non-négligeable pour les scieries, menuiseries, tonnelleries et autres métiers de la filière, qui peinaient à évacuer leurs copeaux et leur sciure.

La donne a maintenant complètement changé puisque on s’est employé à trouver bon nombres de moyens pour valoriser ces déchets. Entre les papetiers, les panneautiers, les producteurs d’énergie biomasse et même les fabricants de litières animales, la demande se fait de plus en plus pressante d’un côté sans que de l’autre les volumes transformés n’augmentent dans les mêmes proportions, résultant inexorablement sur un manque de disponibilité de sciure.

La flambée des prix

Tout ce qui se raréfie devient cher et cela s’est bien évidemment vérifié sur le prix de vente de la sciure dont le cours ces dernières années est monté en flèche. Selon le dernier rapport trimestriel du CEEB le prix de la sciure a augmenté de plus de 7% entre 2012 et 2013.

Certains ont profité de l’aubaine pour racheter de gros volumes de sciure en fixant des prix bas auprès des fournisseurs par des contrats longue durée. La plupart de ces gens ne sont ni plus ni moins que des courtiers qui revendent ensuite au plus offrant. De par leur activité ils ont sciemment et de manière peu scrupuleuse contribué à la hausse des prix du marché du bois de chauffage.

Malheureusement comme toujours c’est le consommateur final qui voit sa facture s’allonger, les fabricants de bois de chauffage compressé ne pouvant intégrer ces hausses dans des marges déjà bien faibles.

On pourrait alors penser que l’Etat dont les expressions TVA sociale et transition énergétique sont sur toutes les lèvres, permettrait par exemple par une diminution des charges directes d’absorber cette hausse.

Cohérence du discours politique oblige c’est tout le contraire qui est en train de se produire puisque nos chers élus prévoient une hausse de la TVA sur le bois de chauffage au 1er janvier 2014 pour la passer de 7% à 10%.

Pour vous engager face à cette mesure totalement dénuée de cohérence politique et sociale signez la pétition contre la hausse de la TVA sur le bois de chauffage. Tout cela est impensable quand on sait que le bois de chauffage est écologique contrairement aux énergies fossiles.

Auteur: Benjamin Dubourg
Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.
Toute reproduction même partielle sans autorisation est formellement interdite sous peine de poursuite.